Je Communique étudie l’influence des personnes, des personnalités et des entreprises sur le réseaux sociaux. Pour commencer voyons ce que représente réellement l’empreinte numérique de la personnalité française la plus influente sur les réseaux.

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui un lieu d’échange incontournable et ils m’ont permis de renforcer le lien unique qui m’unit au public.

Inscrit depuis bientôt 4 ans sur Twitter, Nikos Aliagas comptabilise plus de 574 000 followers avec à son actif plus de 68 000 tweets.

Sur 574 000 followers, plusieurs profils se détachent. Il y a bien entendu des fans en grande majorité avec un public plutôt féminin mais aussi des personnalités des médias, des journalistes et des blogueurs. Car comme il l’affiche dans sa biographie, Nikos Aliagas est animateur et journaliste. Pour faire taire toute rumeur, il annonce clairement qu’il n’a jamais acheté aucun follower. Pas de course aux followers pour cette personnalité des médias.

48 300 personnes suivies par @NikosAliagas

Nikos Aliagas est abonné à 48 300 comptes Twitter. Depuis le mois de février, 2000 peuvent compter parmi leurs nouveaux followers @NikosAliagas et peuvent lire sur leur profil Twitter « vous vous suivez mutuellement » car effectivement Nikos suit des personnes qui le suivent.

Parmi les personnalités les plus influentes en France, il est la seule à adopter cette stratégie. C’est un moyen pour lui de remercier et de rendre la pareille aux milliers de personnes qui l’accompagne sur les réseaux. A titre de comparaison Edwy Plenel ne suit que 582 (437 en février 2014) profils, Guy Birenbaum 2102 (contre 1925 en février 2014) et Anne Sinclair 735 (contre 334 en février 2014) (personnalités parmi les 5 personnes les plus influentes selon l’indice Klout 2013). L’animateur au million de followers, Sébastien Cauet en compte 2737 (2656 en février 2014).

Pour autant, est-il vraiment raisonnable de suivre autant de profils ? La réponse est non, même si Nikos Aliagas passe entre 4 et 5h par jour sur les réseaux, il lui est impossible d’interagir et de connaître autant de monde. A moins d’avoir une ou plusieurs personnes pour l’aider, mais derrière son profil il n’y a que lui aucun community manager n’écrit à sa place.

Cependant ses fans n’oublient jamais de le tagger à chaque publication pour l’interpeller ce qui lui permet soit de leur répondre soit de les retweeter. Le retweet est un outil assez utilisé par Nikos par manque de temps surement ou pour ne pas s’approprier les informations. Il a tendance à les faire suivre même celles qui le concernent.

Nikos toujours actif

Nikos est toujours présent sur les réseaux, chaque jour il envoie un ou plusieurs messages à ses followers. Tous les matins, il dit bonjour en français et en grec sur Twitter. Pendant la saison de « The Voice », il assure aussi l’interactivité les soirs de prime.
Cependant, les messages qu’il envoie ne sont pas personnels. Il choisit ses sujets en fonction de ses passions souvent proches de sa vie professionnelle. Il écrit des messages sur ses passages le soir sur TF1 avec Nicolas Canteloup, propose ses interviews enregistrées pour « Les Incontournables » sur Europe1 et enfin publie ses photos. La photographie est emblématique de Nikos, c’est sa marque de fabrique sur les réseaux. Grâce à cette passion, il partage sa vision des choses et les personnes qu’il côtoie. Le social et la photographie ou l’inverse, qu’importe, l’image lui permet également de se diversifier sur d’autres réseaux et de mesurer toute la portée de ses publications.

Nikos n’est pas un lanceur de tendance

Nikos n’est pas un lanceur de tendance, il se greffe sur les hashtags comme pour celui de #thevoice mais n’en lance aucun à titre personnel en demandant à ses followers de jouer le jeu. Ils en utilisent mais sont souvent révélateurs de son état d’esprit ou alors participent à la promotion de ses propres publications.

Le live tweet le suit

A chacune de ses apparitions TV notamment pendant la saison de « The Voice », ses followers live tweet les programmes dans lesquels il apparait avec des remarques souvent bienveillantes et des captures d’écran TV à l’appui. Une fois de plus, Nikos « fait le job » et remercie chaque personne aux attentions bienveillantes et publie quasi systématiquement une photo du tournage.

Nikos, Twitter et maintenant ?

Nikos reste assez frileux quant aux discussions qui n’ont pas de lien direct avec sa vie professionnelle. Une image à préserver, la conscience des dangers de l’instantanéité l’empêche peut-être de se lancer. Pourtant, un exemple prouve presque le contraire. Sans donner une image différente de celle qu’il véhicule dans les médias, Nikos a su faire rire et réagir la twittosphère avec plus de 3 500 retweets.

Ce message est une nouvelle étape dans l’utilisation de Twitter par Nikos Aliagas.
A l’occasion de « The Voice », Nikos a fait découvrir une nouvelle facette du personnage en dévoilant son côté gourmand et son intention d’attaquer le dessert discrètement. Comme un début de saga, sa sœur également sur Twitter sous le pseudo @Marykops a joué le jeu et n’a pas apprécié son frère en dévoreur de gâteau. Elle a instantanément publié une photo de lui adolescent en short blanc. Une nouvelle fois, les utilisateurs de Twitter se sont affolés en commentant et retweetant le message. Sauf que l’impact médiatique de Nikos Aliagas est « un peu supérieur » à celui d’un animateur lambda. La presse s’en est même emparée et MetroNews le lendemain publiait la dite photo en coup de cœur de la rédaction. Chacune de ses prises de parole est commentée et publiée sur le web et les réseaux sociaux et de fait l’oblige à rester prudent pour essayer de préserver sa vie hors caméra.

De @NikosOfficiel à @NikosAliagas 

Passé presque inaperçu @NikosOfficiel n’est plus, aujourd’hui les utilisateurs de Twitter voient @NikosAliagas. Un changement qu’il explique dans TV Magazine au cours d’une interview. Il justifie ce changement par un besoin d’être lui-même et ça commence par être une personne avec un nom et un prénom. @NikosOfficiel est une marque.

Nikos Aliagas est présent sur Twitter mais pas seulement. Son compte Instagram compte 169 000 followers (134 188 en février 2014), lui-même est abonné à 3370 comptes (2540 comptes en Février 2014) et a posté 1587 photos (1329 en février 2014). Une inscription sur le réseau plus tardive que celle sur Twitter. Première photo publiée le 16 mai 2013 et près de 10 000 likes et 229 commentaires.
Le plus surprenant dans les posts de Nikos est que quel que soit le sujet de la photo, le nombre de partages est identique, un chat obtient autant de likes qu’une photo de Leonardo Di Caprio.
Les gens le suivent et aiment ses photos quel que soit son sujet, une communauté donc engagée à ses côtés.

Sur son compte, on pourrait effectuer un classement. Il partage les photos des personnalités qu’il interview, des photos d’anonymes mais en petite quantité, des photos de paysage et des photos de lui. Des photos de lui prises au naturel ou un appareil à la main. Ses sujets favoris, lui et la Tour Eiffel. Il se prend en photo, on le prend en photo et il publie.

Les hashtags, Nikos les utilise dans toutes ses publications, beaucoup lui sont propres : #instanikos #colorsofgreece, #instaparis, #instalove…
Les photos publiées suscitent beaucoup de commentaires de la part de ses abonnés cependant il n’y répond peu ou pas. Il est moins dans l’interactivité que sur son compte Twitter.

Comme écrit précédemment la photographie est bien plus qu’une passion pour Nikos Aliagas. Pour compléter son profil et partager avec son public tous ses clichés en format original, il a créé au mois de janvier 2013 un compte Flickr. Cette fois l’organisation est là avec des photos classées par album, 13 au total avec plus de 400 photographies publiées.

Ses albums :

  • Noir et blanc – Monochrome
  • Portraits de Stars
  • Paris, now
  • Colors of Greece
  • « Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer » Mère Teresa
  • #proudpeopleofGreece
  • In the air
  • Félins pour l’autre
  • Colors of the moon
  • Explored
  • The Voice – Dans les coulisses
  • Un visage pour en cacher un autre
  • Few hours in Marrakech

Abonné à 715 comptes (523 en février 2014) et enregistré sur 50 groupes, une fois de plus Nikos Aliagas rend la pareille.

Une photo de Leonardo publiée sur ce réseau est vue plus de 19 000 fois, au total il cumule plus de 7 millions de vues sur le site.

Présents sur deux sites de photos, les clichés publiés ne sont pourtant pas les mêmes. Il s’accorde plus de liberté sur Flickr où il peut les partager avec une définition bien supérieure.

Comme sur Instagram, les internautes commentent ses photos, lui posent des questions mais il ne répond pas. En revanche, il prend le temps de regarder les publications d’autres utilisateurs et d’en ajouter certaines à ses favoris. Même si, ce n’est pas un échange direct c’est une reconnaissance de sa part. Il a ajouté à ses favoris 4023 clichés (2918 en février 2014) alors qu’il n’en a publiés que 498 (contre 427 en février 2014).

Dans les titres de ses publications, une nouvelle fois il utilise les hastags souvent identiques à ceux d’Instagram mais aussi les tags (ex : @europe1). Pour le premier, c’est effectivement utile car Flickr reconnaît les mots clés mais en revanche les tags ne servent à rien. Manipulation surement du à une confusion ou une publication identique à celle postée sur Instagram ou sur Twitter.

Sa page Facebook – Nikos Aliagas – 

Inscrit depuis mai 2011, sa page Facebook compte plus de 35 000 « J’aime » (32 277 en février 2014).
A titre de comparaison, Gad Elmaleh comptabilise plus de 4 millions de « J’aime », Cauet plus de 2 millions et Karine Ferri plus de 73 000…

La page Facebook de Nikos Aliagas est mise à jour de façon irrégulière et son contenu est extrêmement limité par rapport aux capacités de diversification qu’apporte le réseau.

Son « à propos » n’est pas renseigné, aucune mention « J’aime » de sa part alors qu’il pourrait soutenir des causes et y faire participer sa communauté. L’adresse de sa page n’est pas personnalisée comme sur les autres réseaux et son compte n’est pas une page vérifiée.

Son compte Twitter et Facebook ne sont plus liés, sortis de leur contexte les posts sont incompréhensibles pour les internautes.

Sur Facebook, il pourrait exploiter les replay de ses émissions, poster les liens de ses photos sur Flickr ou Instagram, faire également la promotion de « The Voice »….

Le réseau aux 26 millions d’utilisateurs actifs où la Social TV est devenue est enjeu majeur et un réel lieu d’échanges, Nikos Aliagas doit apprendre à l’investir et à se lancer dans la discussion. Compte tenu de son public très large, Facebook peut lui apporter une nouvelle communauté engagée qui n’est pas forcément utilisatrice de Twitter (2,3 millions d’utilisateurs actifs en France).

×

Bonjour!

Veuillez cliquer ci-dessous pour ouvrir une conversation sur WhatsApp ou vous pouvez m'écrire directement à lydianeleroy@je-communique.fr 

×